Logo ifraf


Claude Cohen Tannoudji

Prix Nobel en 1997 pour le ralentissement et le piégeage des atomes par la lumière laser.

Ses travaux sont à la source des recherches actuelles de l'IFRAF.



Partenaires

ENS
P6
P13
P11
IO
Observatoire
CNRS

Rechercher

Sur ce site

Visiteurs connectés : 25


Accueil du site > Thèses et habilitations > Horloge atomique piégée sur puce à atomes - Effets de rotation de spins identiques dans une horloge à atomes ultra-froids piégés

Horloge atomique piégée sur puce à atomes - Effets de rotation de spins identiques dans une horloge à atomes ultra-froids piégés

Soutenance de thèse de Christian Deutsch

Mercredi 19 octobre 2011 à 14h dans l’amphithéâtre de l’Institut d’Astrophysique de Paris, 98 bis boulevard Arago.

Résumé :

Nous décrivons la spectroscopie à haute résolution d’atomes de Rb 87 pièges magnétiquement en appliquant une transition à deux photons entre les états hyperfins |F = 1 ;mF = -1> et |F = 2 ;mF = 1> de l’état fondamental. L’étalement spatiale du déplacement de la fréquence est minimisé en équilibrant les contributions des déplacements Zeeman et collisionels, menant aux temps longues de déphasage. L’expérience vise à la démonstration d’un étalon de fréquence secondaire avec une stabilité relative de quelques 10^(-13) t^(-1/2).

Nous expliquons les bases théoriques de l’expérience, sa réalisation expérimentale et nous caractérisons la stabilité actuelle à court terme de 6.6x10^(-13) t^(1/2). L’étude focalise sur la description du processus de déphasage de l’état en superposition cohérente.

Dans le régime des collisions quantiques d’un gaz non-dégéneré nous explorons un nouveau mécanisme de autosynchronisation, résultant de l’effet de rotation des spins identiques, qui contrebalance le déphasage de l’ensemble. Nous observons le contraste des franges de Ramsey et la fréquence de transition dans le régime de forte synchronisation, où le déphasage est arrêté. Dans le régime de synchronisation intermédiaire résultent des résurgences caractéristiques du contraste.

Cette thèse effectuée sous la direction de Jakob Reichel, s’est déroulée à l’Observatoire de Paris dans le cadre d’une collaboration entre le Laboratoire Kastler Brossel et le Laboratoire des Systèmes de Référence Temps-Espace.


Dans la même rubrique :